Le sein ne nourrit pas, et les origines de la sexualisation de l’allaitement

Aujourd’hui, nous allons parler des croyances et des préjugés sur la qualité du lait humain et de la sexualisation des mères allaitantes.

Les mères qui allaitent des enfants de plus de 6 mois, 1 an, 2 ans ou plus sont souvent ridiculisées, insultées, rejetées et remises en question.

Les enfants reçoivent des commentaires tels que:

  • “tu n’as pas honte”,
  • “tu es déjà une grande fille/garçon”,
  • “combien de temps vas-tu rester sur les genoux de ta mère”, etc…

Certains considèrent même l’allaitement en public comme un acte obscène, quel que soit l’âge du bébé, ce qui en dit plus long sur la façon dont ils regardent que sur ce qu’ils observent réellement.

L’intérêt de l’enfant ou les choix de la mère ne sont pas pris en compte. La biologie humaine elle-même n’est pas prise en compte. Seulement un jugement moral et social face à un acte naturel.

 

L’un des contre-sens que l’on veut nous vendre est que le lait maternel perd de sa qualité et que nous n’offrons pas réellement aux enfants un meilleur système immunitaire et affectif, en investissant dans leur développement ou simplement parce que nous profitons de ces moments qui ne durent dans l’espèce humaine qu’entre 2 et 7 ans, qui est l’âge avéré du sevrage chez l’être humain, en incluant dans le sevrage biologique, le désir de la mère de faire durer l’allaitement le temps qu’elle le souhaite.

En ce moment, nous devrions nous poser
cette question :

Mais cela a-t-il toujours été le cas ?

D’où vient la sexualisation des mères allaitantes ?

À la Renaissance, lorsqu’il n’existait pas de manuels d’éducation parentale, les femmes allaitaient à leur guise et personne ne se demandait s’il fallait donner le sein ou le biberon, car ce choix entraînait des conséquences fatales. À l’aube de l’humanité, au Moyen Âge ou dans les cultures préromaines, les représentations sociales n’avaient pas le même sens.

Voir une femme allaiter des enfants d’entre 2 et 7 ans était normal. Surtout si l’on considère que l’accès à une alimentation saine et équilibrée n’est pas encore généralisé dans le monde aujourd’hui même.

 

Nous en arrivons ainsi à l’histoire de l’allaitement
de Cimon et Pero.

Une légende d’amour filial rapportée par l’historien romain du Ier siècle Valerius Maximus raconte qu’un homme emprisonné est nourri par sa fille, qui utilise son lait pour le faire survivre. Cimon, un vieil homme condamné à mourir de faim en prison, réussit à échapper à son sort grâce à sa fille Pero qui l’allaite en secret. Lorsque le secret est découvert par les gardiens, les juges romains prennent pitié et pardonnent à Cimon, lui accordant la liberté.

Qu’est-ce que c’est ?

Thème iconographique connu sous le nom de “Charites Romaines”, il a été extrêmement populaire à la Renaissance et à l’époque baroque, et il existe aujourd’hui plus de trois cents représentations du couple formé par Pero et Cimon dans différents musées et collections européens.

 

Caravaggio, récemment arrivé à Naples, a achevé Les sept œuvres de la miséricorde (1906), une scène de rue nocturne dans laquelle un homme muni d’une torche éclaire le chemin d’un groupe de personnes solidaires qui luttent contre la cruauté en aidant les pauvres et les malades. À l’extrême droite de la toile, un vieil homme passe sa tête à travers une grille métallique et suce le sein d’une jeune femme.

Exposée dans l’église de Monte Pio Misericordia à Naples, elle est l’une des plus connues, avec les deux tableaux de Rubens à l’Ermitage et au Rijksmuseum, ou celui de Bartolomeo Manfredi aux Offices.

Et pourtant, ces représentations
ne sont pas uniques dans l’histoire.

Un autre exemple est l’adoption divine d’Héraclès devant des témoins divins par les dieux, mise en scène dans ce miroir étrusque de Volterra à Florence, Museo Archeologico Nazionale. Un acte d’adoption symbolique qui a probablement ses racines dans la réalité.

En outre, dans certaines cultures, lorsqu’une mère allaite l’enfant d’une autre femme, les enfants de la mère et l’enfant de l’autre femme sont considérés comme des frères et sœurs de lait.

 

Ce qui est curieux, c’est que l’histoire originale
de Cimon et Pero ne se serait pas déroulée
exactement comme cela.

Selon une version ultérieure de Pline l’Ancien (23-79) :

Une femme plébéienne de basse condition qui venait d’accoucher d’un enfant était autorisée à rendre visite à sa mère, enfermée en prison à titre de punition, et le gardien l’inspectait toujours au préalable pour l’empêcher d’apporter de la nourriture. On l’a découverte donnant à sa mère la nourriture de ses propres seins. En conséquence de cette merveille, l’affection pieuse de la fille fut récompensée par la libération de la mère, et toutes deux reçurent une pension alimentaire à vie”.

 

L’histoire de Cimon et Pero aurait en fait été l’histoire d’une mère et de sa fille, selon Pline l’Ancien.

Malgré l’existence de nombreux dessins et gravures, le couple mère-fille n’a guère été représenté en peinture, ce qui, sous couvert de piété filiale, introduisait une note incestueuse, érotisait le corps de la femme allaitante et éliminait une éventuelle connotation homosexuelle, peut-être plus problématique.

Le changement de sexe a introduit une note incestueuse et l’érotisation du corps de la femme qui allaite.

Et au cas où vous auriez besoin de plus de preuves.

La “Charité romaine”
a également fait des apparitions célèbres
dans la littérature et même au cinéma.

  • John Steinbeck termine Les Raisins de la colère (1939) par une histoire qui résume toute l’horreur et la grandeur humaine : une femme qui vient de donner naissance à un enfant mort-né en raison de ses mauvaises conditions de vie allaite avec son lait un homme qui meurt de faim.
  • Et dans le film du célèbre réalisateur espagnol Pilar Miró sur El crimen de Cuenca, fait en sorte que le prisonnier affamé se jette sur les seins de sa femme.

Et nous en sommes encore à juger moralement un acte naturel, volontaire et altruiste, biologiquement inscrit dans nos gènes depuis plus de 50 millions d’années, lorsque les mammifères sont apparus.

Si vous êtes critiquée parce que vous allaitez un enfant au-delà de l’âge de 6 mois : rappelez-vous que dans l’histoire de l’humanité, l’allaitement a nourri et sauvé des vies, même des vies d’adultes, grâce à ses qualités nutritionnelles.

allaitement prologé long

Une autre légende veut que Bernard de Clairvaux critiquait sans cesse les mères jusqu’à ce qu’il ait une conversation sérieuse avec la Vierge.

Si vous n’avez pas l’intention d’apporter quelque chose de bien, Faites comme Bernard de Clairvaux, fermez-la et devient une légende!

Qu’est-ce que ce post vous a fait penser ?
Laissez-moi ta réaction dans les commentaires.

J’ai hâte de te lire.

Mère de trois, geographe et expert en Parentalité, je m'appelle Mercedes Granda et je suis Consultante Perinatale. Parentalité Continuum c'est mon projet.
Savoir plus...

Réseaux et contacts

Les questions par thèmes

Inscrit toi Ateliers et reunions

  • Sale! #sommeilbebe

    Atelier sommeil “Comment dorment les bébés ?”

    0 out of 5
    27,00
    Add to cart
  • Séance individuelle de portage

    Séance à domicile et individuelle de portage

    0 out of 5
    57,00
    Add to cart

Toutes les informations fournies sur ce blog le sont à des fins d’information
et de discussion générale uniquement.

Il est de votre responsabilité de vérifier de manière indépendante toute information ou opinion contenue sur ce site et de consulter votre médecin, pédiatre ou autre professionnel compétent pour l’exactitude
et l’applicabilité de toute information
sur ce site.

Mes recommandations

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

Leave a Comment

Ouvrir chat
💬 Besoin d'aide ?
Hola 👋 Ici, tu peux me poser tes questions