La maternité nous rend plus intelligents

Avez-vous remarqué des pertes de mémoire pendant la grossesse ou la maternité ? Oubliez-vous des choses ou avez-vous l’impression que vos capacités sont différentes ?

Différentes études ont montré que, bien que la taille du cerveau puisse être réduite jusqu’à 7 % pendant la grossesse, cette réduction n’est pas due à une perte de neurones. 

Du point de vue de l’évolution, il ne serait pas logique que la grossesse réduise les capacités cognitives d’une femme, précisément à un moment où elle est la plus vulnérable. 

La taille du cerveau revient à la normale environ six mois après la naissance. Les scientifiques ne savent pas pourquoi cette réduction de la taille du cerveau se produit, mais on pense qu’elle est due à divers changements structurels.

Certains chercheurs pensent qu’en raison de l’organisation de nouvelles connexions entre les neurones, un léger état de confusion peut survenir, notamment à la fin de la grossesse et dans les premiers jours après la naissance.

¡ Ton cerveau se spécialise !

 
La maternité nous rend plus intelligents

De nombreuses femmes remarquent qu’elles deviennent “plus distraites” pendant la grossesse, mais cela n’est pas dû à une baisse de l’intelligence, sinon à la concentration de neurones dans d’autres regions importantes à developper et ameilorer nos capaciter de materner.

Le centre de notre attention change.

Tout tourne désormais autour de votre futur bébé et tout le reste semble secondaire.

En fait, de manière assez paradoxale, certains auteurs pensent que ces distractions sont précisément la preuve de la capacité accrue de concentration de la femme pendant la grossesse : elle fait plus attention à ce qu’elle fait ou ne fait pas et amplifie l’importance de ces distractions.

La capacité du cerveau humain à s’adapter à de nouveaux besoins a été démontrée depuis longtemps.

Dans le cas de la maternité, les changements commencent à se produire bien avant que nous soyons confrontées au défi de prendre soin de notre enfant. 

Tout commence avec la grossesse.

Les moteurs du changement dans le cerveau d’une femme sont les deux hormones maternelles par excellence :

  1. Oxytocine. Il améliore l’apprentissage et la mémoire, réduit le niveau de stress et favorise la confiance et les relations sociales.
  2.  Prolactine qui augmente le courage.

Toutes ces qualités sont essentielles pour une éducation parentale réussie, comme nous le verrons plus tard.

La maternité nous rend plus intelligents.

Nous devons garder à l’esprit qu’il existe de multiples types d’intelligence, comme il existe de nombreux problèmes à résoudre dans la vie.

Pour la femme enceinte, sa priorité sera la survie de son enfant.

Le nouveau-né dépendra de sa capacité en tant que mère à le nourrir et à le protéger. C’est pourquoi le cerveau de la femme enceinte se modifie, renforçant certaines compétences utiles à la réalisation de ses objectifs maternels :

Le cerveau multitâche :

La maternité améliore la mémoire spatiale et l’apprentissage.

Un jeune enfant nécessite une vigilance constante et la capacité à mieux contrôler ce qui se passe autour de nous commence à se développer pendant la grossesse.

Cependant, nous ne pouvons pas négliger les autres tâches, d’où l’amélioration de notre capacité à faire plusieurs choses à la fois. Améliorer votre vitesse d’apprentissage sera d’une grande aide dans une période où de nombreux changements auront lieu en peu de temps.

Nous devons apprendre à prendre soin de notre bébé et plus tôt nous le ferons, plus grandes seront les chances de survie.

Le cerveau anti-stress :

Toute nouvelle mère est consciente du stress généré par un nouveau-né qui a besoin de manger souvent et se réveille constamment pendant la nuit. Une mère peut perdre beaucoup des heures de sommeil au cours de la première année de vie de son enfant.

Une telle perte de sommeil sans le soutien d’un cerveau anti-stress pourrait avoir des répercussions négatives sur sa santé et ses capacités quotidiennes.

D’autre part, les chances de survie d’un bébé sont considérablement accrues lorsque la mère bénéficie d’une aide au sein de son groupe.

Le cerveau social :

La maternité améliore les compétences linguistiques non verbales, et il semble raisonnable que ce soit le cas puisque les bébés ne seront pas capables de parler avant un certain temps.

Notre cerveau doit apprendre à interpreter les signes de notre bébé en particulier.

La sociabilité a donc été naturellement sélectionnée comme une compétence précieuse à développer.

Le cerveau intrépide :

Toutes les femelles deviennent extrêmement agressives et protectrices après la naissance. Nous sommes dans un état d’hypervigilance.

  • Ils sont capables de s’attaquer à des animaux beaucoup plus gros, en s’offrant comme leurres pour tromper les prédateurs.
  • Ils sont également capables de prendre de plus grands risques pour trouver de la nourriture pour leurs petits.
  • Cela est dû à une réduction de l’amygdale, qui est responsable des réactions de fuite et de combat.

Maternité Le cerveau intrepide

La nature veut défendre ses petits
et elle veut que vous défendiez vos petits comme une lionne.

Vous savez maintenant que votre perte de mémoire est due au fait que votre cerveau coupe les informations les moins importantes pour se concentrer sur l’essentiel. Votre survie et celle de votre bébé.

Vos capacités s’améliorent pour survivre et les précédentes ne disparaîtront pas, elles reviendront, renforcées par celles que vous aviez déjà.

Et toi, combien de temps après l’accouchement t’es-tu sentie remise des effets de la grossesse et de l’accouchement ?

💣Ayez des informations et des attentes réelles et ne tombez pas dans les mythes ou la culpabilité.

Dormir avec votre bébé, l’allaiter, le calmer, le bercer, l’accompagner,… c’est bon. 
Et c’est normal !

Vous travaillé vos capacités intellectueles maternelles.

Si vous vous réveillez fatigué, avec un bébé… C’est NORMAL, ne laissez personne vous dire le contraire.

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Le bébé et les 1000 premières minutes de vie

Semaine Mondiale Accouchement Respecté

Ton bébé est très competente de la naissance

Malgré le fait qu’en tant que mammifères nous ne naissons qu’avec 20% de maturation neurologique, et considérant que les autres mammifères naissent avec 80%, le bébé humain est énormément compétent.

Cela peut sembler être un inconvénient, mais il s’agit en fait d’un avantage adaptatif.

Le fait que nous naissions plus immatures nous permet de maintenir une période d’extero-gestation, ou temps de parentalité “exclusif dans les bras”.

Il s’agit d’une période au cours de laquelle le bébé atteindra sa maturité neurologique en s’adaptant non seulement à l’environnement, n’importe où sur la planète. Il atteindra aussi la même maturation que les autres mammifères à la naissance dans une période approximative de 9 mois supplémentaires.

Certains appellent les premiers moments de la vie hors de l’uterus de la mère “l’heure sacrée”, bien qu’il ne s’agisse pas exactement de 60 minutes.

Je te racconte ici pourquoi on parle de l’importance des #1000premièrsminutes.

C’est au cours du premier jour de vie que le cerveau fait pour la première fois l’expérience directe du monde extérieur, sans l’effet tampon, le filtrage et la protection de l’uterus de la mère.

Ensuite, si l’expérience est alarmante et stressante – et qu’il n’y a pas de protection de la part de la mère – le cerveau doit rapidement décider qu’il s’agit d’un “monde dur” dans lequel il faut prendre soin de soi.

Cela se produit en “désactivant” l’épigen des récepteurs du cortisol dans le cerveau, ce qui signifie qu’il y a plus de cortisol dans la circulation sanguine, ce qui signifie que la personne est plus orientée à vivre dans le stress et avec le stress.

Ce stress est bon pour la survie dans un monde difficile, mais mauvais pour la santé et le bien-être émotionnel tout au long de la vie.

Le bébé apprend que le monde est bon et qu’il peut faire confiance à sa mère, et l’empathie naît de leurs interactions.

Les épigènes permettent à de nombreux récepteurs du cortisol de s’allumer, ce qui facilite une dose élevée de cortisol en cas de danger, mais qui revient ensuite rapidement à la normale. Cela conduit à la résilience, avec un bénéfice pour toute la vie.

Heure sacrée, ce terme désigne en fait un temps ininterrompu de contact direct peau à peau entre le nouveau-né nu et le sein nu de la mère. Pendant cette temps de contact intime, un certain nombre de comportements observables se produisent naturellement, qui conduisent à la première mise au sein du bébé et facilitent l’accouchement. Et après cette “heure sacrée”, le nouveau-né s’endort généralement. 

Cependant, la séparation entre le nouveau-né et sa mère après la naissance est courante dans les pratiques hospitalières occidentales : de nombreux bébés sont enveloppés dans des vêtements avant d’être placés dans les bras de leur mère, mis des chapeaux ou placés dans des lits ou des chaufferettes.

Idéalement, le contact direct peau à peau devrait commencer immédiatement après la naissance et se poursuivre au moins jusqu’à la première tétée de lait maternel.

C’est ce que recommande l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son rapport de 2012 :

“Les nouveau-nés sans complications devraient être en contact peau à peau avec leur mère pendant la première heure après la naissance afin de prévenir l’hypothermie et de promouvoir l’allaitement maternel”.

Lors du contact peau à peau, environ 35 minutes après la naissance, le bébé peut “ramper” sur la poitrine de sa mère à la recherche du sein. Il est scientifiquement prouvé que le contact peau à peau au cours de la première heure de vie augmente la probabilité de mise en place de l’allaitement, que ce soit lors d’une naissance par voie vaginale ou par césarienne. Elle contribue également à un allaitement maternel plus long et exclusif. En outre, elle réduit le stress du bébé et l’anxiété de la mère et améliore le lien entre les deux ; elle contribue également à la stabilité physiologique du nouveau-né.
 

De même, en initiant l’allaitement et en stimulant les récepteurs de l’ocytocine, le bébé collabore au processus de naissance en favorisant les contractions de l’utérus qui contribuent à la fois à l’expulsion du placenta et à la rétraction de l’utérus pour minimiser le risque d’hémorragie. En d’autres termes, le bébé est pleinement actif et participe.

Non seulement il établit un contact visuel, afin d’initier la voie empathique phylogénétique humaine normale, mais tous ses sens sont en alerte en raison de l’augmentation des catécholamines ressentie. A aucun autre moment de la vie, il n’y a un tel élan comme à la naissance. Le bébé sait déjà comment imiter.

Neuf étapes ont été décrites au cours de ces 1000 premières minutes : 

  1. Le cri de naissance : il se produit lorsque les poumons du nouveau-né se dilatent pour la première fois.
  2. La relaxation : dès que les pleurs cessent.
  3. Éveil : généralement dans les 3 minutes suivant la naissance. Le bébé peut ouvrir les yeux et bouger la bouche.
  4. Activité : généralement dans les 8 minutes suivant la naissance. Les nouveau-nés peuvent commencer à déplacer leur visage latéralement contre la poitrine de leur mère, à soulever leur torse, à tirer la langue et à regarder leur mère. Environ une heure après la naissance, le nouveau-né peut prendre le mamelon avec la bouche, le mettre en place et téter.
  5. Repos : le bébé peut avoir des périodes de repos intermittentes au cours de la première heure de vie.
  6. Ramper : commence généralement 35 minutes après la naissance. Le bébé se déplace comme s’il rampait sur le sein de sa mère à la recherche du sein.
  7. Familiarisation : elle commence généralement 45 minutes après la naissance et dure environ 20 minutes. Pendant cette période, le bébé peut tirer la langue et lécher le sein ou le mamelon de sa mère et émettre des sons.
  8. Allaitement : environ une heure après la naissance, le nouveau-né peut prendre le mamelon, se mettre au sein et téter.
  9. Le sommeil : Le bébé, et parfois la mère aussi, peut trouver un sommeil réparateur environ une heure et demie ou deux après la naissance. 

Cela semble être la même chose, mais ce n’est pas le cas. L'”heure sacrée” est clairement les 180 minutes clés pour tout nouveau-né. Et les preuves et l’expérience ont montré qu’il en était ainsi.

Neils Bergman nous dit également que l’intervention de ce cycle de sommeil qui permet au bébé d’intégrer l’apprentissage et qui sera la clé de la mise en place de l’allaitement.

Lorsque le bébé se réveille à nouveau, il répète le processus de contact visuel, d’activité, de reptation et d’alimentation et établit très rapidement un schéma correct de manière optimale.

L’ensemble de ce processus peut être perturbé de nombreuses manières différentes.

Interventions inutiles et non fondées sur des preuves scientifiques. Une intervention avec des anesthésiques ou de l’oxytocine synthétique peut rendre le bébé somnolent ou la mère avoir une saturation en oxytocine synthétique.

De même, si la mère est mal à l’aise, mal positionnée ou si le bébé est dans une mauvaise position, cela provoquera des crevasses du mamelon pour la mère et nous aurons une prise du sein plus compliquée.

La prochaine fois qu’on vous parlera des 1000 premières minutes, vous comprendrez pourquoi il est si important de ne pas vous séparer !

“Rien n’a de sens pour le bébé si ce n’est du point de vue du corps de la mère.”

Si cet article de mon blog te semble interessant
Si vous pensez qu’il pourrait aider quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaire

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine Mondiale Accouchement Respecté – Les reseaux maternelles: Galactée

Depuis 40 ans elles recueillent aussi les témoignages de l’accouchement des mères. Comme beaucoups d’autres associations en France et ailleurs,…

Les mères étaient déjà connectées dans le monde analogique
autour de l’accouchement

Seules face à la parentalité et le besoin d’en parler, les femmes cherchent à se rassembler autour de l’allaitement. Mais elles trouvent bien plus que cela, elles trouvent un groupe où on peut aussi raconter leurs expériences de l’accouchement, qui sont souvent passées sous silence comme étant banales… et en définitive une voix. 

Avec Galactée, je vous invite à découvrir de première main comment les femmes vivent non seulement leur accouchement, et aussi comment celui-ci les affecte par la suite dans le contexte actuelle.
Que vous choisissiez d’allaiter ou non n’est pas la question ici. Nous en parlerons, mais nous aurons aussi un témoignage de première main sur la réalité des mères.
Galactée est membre de la COFAM (Coordination Française pour l’Allaitement Maternel), du CIANE (Collectif Associatif Autour de la Naissance), de l’ADES (Association Départementale d’Education pour la Santé) et participe au réseau AURORE, au réseau SudAllait, à la formation des professionnels dans le cadre du projet Allait’accueil… 

L’association compte une trentaine de bénévoles particulièrement actives. 

Elle se finance essentiellement grâce aux cotisations des adhérentes.

Pour rencontrer Galactée c’est facile :

Instagram: @Galactee.asso
Facebook: @associationgalactee

Web: https://www.galactee.org

nouveau-né

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine Mondiale Accouchement Respecté – Accouchement Vaginale après césarienne

Après un premier accouchement décevant et traumatisant où Alison Legros de @MonAccouchementSerein fut césarisée en urgence, elle décide de reprendre le contrôle de cet événement pour son second.

Elle vivra alors son accouchement comme une expérience transcendante, au-delà de ces espérances…

Suite à cet #AVAC ( accouchement par voie basse après une #césarienne) elle se forme en thérapies brèves et se spécialise en périnatalité pour transmettre son expérience et ses méthodes aux futures mamans afin qu’elles aussi puissent être actrices de leurs accouchements.

Même si les statistiques sont faibles en France pour ce type de naissance, le fait est que dans les pays voisins comme l’Espagne, les témoignages positifs s’accumulent de plus en plus.

Grâce à des forums, des groupes facebook, des sites web, des Associations les femmes partagent leurs expériences, des informations scientifiques et contrastées, consultent d’autres spécialistes et stratégies pour connaître leurs droits et beaucoup plus de femmes que vous ne pouvez l’imaginer obtiennent leur #AVAC.

Alison est une accompagnatrice de maternité.

Une figure qui n’est pas souvent mentionnée est la doula, ou le spécialiste périnatal non médicalisé. Ce personnage peut être ou non un professionnel, car

l’accompagnement des femmes par des femmes ayant déjà vécu l’expérience de l’accouchement favorise une atmosphère émotionnelle et de confiance.

Il peut s’agir de votre mère, de votre cousine ou d’une amie. Les doulas ou accompagnatrices périnatales professionnelles s’occupent également de l’acccompagnement et/ou la preparation du père pour mieux accompagner…

Bien que son importance soit scientifiquement prouvée, il s’agit d’une figure qui accompagne les familles sur le plan émotionnel et qui ne s’occupe pas (a priori) de l’aspect sanitaire mais fournit uniquement des informations. On pourrait en parler pendant longtemps…

Il est vrai qu’au cours des dernières années, il y a eu de plus en plus de figures similaires pour soutenir l’accouchement et la parentalité.

La plupart d’entre nous, puisque je m’inclus… On est des femmes qui deviendrons professionnelles par curiosité, passión et souvent par expérience.

Encore une fois, le réseau professionnel des femmes ne doit pas seulement inclure les services d’accouchement, mais aussi les besoins parentales afin qu’elles puissent se développer.

Ce n’est pas pour rien que les femmes ont souvent l’esprit d’entreprise. Autres choses c’est entreprendre dans un monde comme le notre.

Un lien qu’on devrait beaucoup plus partagé:

Info Cesarienne en France 

Si vous avez des questions, des commentaires, n’hesite pas! On est ici pour en parler. ;D

accouchement césarienne

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine Mondiale Accouchement Respecté – VideoInterview Anthropologue

Il est normal d’avoir peur de l’accouchement, il est important de travailler sur nos peurs.

Vivre la grossesse, l’accouchement, le ressentir, déconnecter notre néocortex et se donner les meilleures possibilités pour que les conditions soient optimales.

Ce qui n’est pas normal, c’est de devoir se préparer à éviter les violences obstétricales.

Une vision historique et de genre est nécessaire. La progressive introductions au longs des siècles des interventions sur la grossesse et l’accouchement, d’un point de vue épistémologique* ont été introduite pour de mauvaises raisons et nous devons revoir nos priorités.

Eva nous aide à prendre conscience que la normalité de la mortalité maternelle était un problemme doublement crée, et que l’accouchement dans la violence etait la Norme.

Où que ce soit dans le monde ou dans le temps, et quelles que soient les circonstances, il est déterminé par une vision historique et cumulative du corps des femmes, héritée de la médecine hégémonique androcentrique.

Ce ne sont pas seulement les femmes qui sont touchées, mais aussi nos relations avec nos partenaires, avec nos enfants, avec l’attachement primitif, et donc par d’autres influences, ainsi que la vision de l’éducation, qui est également très endommagée. On pourrait continuer avec les consequences…

Tout cela affecte la santé psycologique de nos sociétés
sans exception de genre ni position sociale.

Il est désormais impératif que la santé des femmes soit placée sous le contrôle des autorités de santé publique par des femmes professionnelles.

Que les figures proffesionnels autour de la santé des femmes soient aussi plus nombreux et avec des capacités d’accompagnement et d’écoute.

Nous avons besoin de plus de sages-femmes, et les sages-femmes ont besoin de nous.

Mais avant tout, nous avons tous besoin de mieux connaître la naissance physiologique.

Cet attachement primaire, qui est si important et fondamental pour un bon départ, est perturbé et l’a été au cours de l’histoire.

Mercedes GRANDA

Pour approfondir: 

Sorcières, de Mona Chollet

Eva Margarita García , “Partos Arrebatados” – (Accouchements enlevés)

Accompagner ou forcer ? …

 
* EPISTEMIOLOGIE. Domaine philosophique qui analyse, étudie et critique toutes les disciplines de la science, ainsi que leurs méthodes et leurs découvertes.
 
Bonne naissance droit
 
FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine Mondiale Accouchement Respecté – VideoInterview Nina Narre

Ayez des informations et des attentes réelles et ne tombez pas dans les mythes ou la culpabilité.

Nous avons le droit de parler et d’être entendus.

L’objectif principal de la Semaine mondiale de l’accouchement respectueux

Est de rendre visible la manière dont les naissances sont assistées, ainsi que d’exiger le respect des droits des femmes enceintes et de leurs enfants à bénéficier de soins dignes et respectueux dans les établissements de santé publics et privés pendant la grossesse, l’accouchement et le post-partum, sans discrimination ni violence.

L’accouchement respectueux est considéré comme le droit d’une femme enceinte à recevoir des soins médicaux appropriés, respectant ses souhaits et ses besoins pendant la grossesse, le travail, l’accouchement et le post-partum.

Le droit à un accouchement respectueux devrait reconnaître l’autonomie des individus à prendre leurs propres décisions pendant la grossesse, la naissance et les soins postnatals. @ElPartoesNuestro

Semaine Mondiale accouchement respecté - Récit de naissance mon premier bébé

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine International Accouchement Respecté – Récits de naissance

Cette naissance est aussi la naissance de Parentalité Continuum et commence il y a quelques années.

Nous sommes le 26 décembre 2006, j’ai été admis la veille à 20 heures dans une clinique de l’Est Lyonnais. Je vis en France, ma famille espagnole est venue voir la naissance de mon enfant et passer Noël avec nous.

J’ai essayé d’éviter le déclenchement pour initier l’accouchement, mais mon gynécologue dit qu’il m’a déjà laissé plus de jours que nécessaire.

C’est bizarre parce que ça ne correspond pas du tout à mes comptes. Au fil des années, des soupçons sur l’inadéquation de ma date prévue d’accouchement à son emploi du temps à Noël.. prennent forme.

Bonne naissance droit

Il est 8h du matin, ils m’emmènent dans la salle de dilatation. On m’a mis plein les yeux, car ils me laissent choisir la musique. J’ai une camisole, un bonnet médical, et mes lunettes. 

Ils me surveillent. L’infirmière me demande si j’ai mal, je dis non. Elle m’annonce que j’ai des contractions de travail ce matin… déjà.

Pourtant, ils vont nous mettre comme même sous syntocinon (ocytocine syntetique). Le gynécologue viens et reste à peine quelques minutes.

Mon compagnon arrive, il est enfin avec moi. Tout va bien, je me sens plus tranquille.

Je suis couchée sur le lit, je ne peux pas trop bouger. Et j’ai une voie intraveineuse.

Si je tourne la tête vers la gauche, je vois le contrôle des contractions et rythme cardiaque, le monitoring, mais je dois faire un grand effort pour le faire étant donné ma position.

La salle est légèrement en pénombre, chose que j’apprécie. Nous écoutions un CD d’Antonio Machín avec des boléros que j’avais préparés moi-même.

Après un court moment, je vois une courbe très large dans la surveillance du rythme cardiaque. Mon partenaire et moi commençons à nous agiter, mais personne ne vient. Ça fait environ 20 minutes que j’ai eu l’intraveineuse et l’ocytocine.

Le temps passe et comme personne ne vient, on ne peut pas non plus les appeler pour “rien” juste une courbe.  Une sage-femme passe et nous dit que c’est juste une contraction ou ma position.

Pour le reste tout se passe bien, mon compagnon fait des blagues.. on est juste en attente que mon corps réagisse… 

Environ trois heures plus tard, le gynécologue arrive. Il me dit que ça ne marche pas, littéralement que “je vais à l’hôpital pour pas cher parce j’ai fait une hyper-réactivité à l’ocytocine, que le bébé n’est pas content et qu‘il faut l’enlever”. 

Selon lui, tout va bien, mais nous devons nous préparer à une éventuelle césarienne, et ça veut dire peridurale que je souhaitais eviter.

Lorsque on demande par le pic dans le monitoring, il nous dit que c’est le signe de détresse fœtale… Cela fait plus d’une heure et demie que c’est arrivé. Cette courbe dans le suivi qui m’angoissait déjà.

Le médecin continue à parler… À ce moment-là, deux mots rebondissent constamment dans mes oreilles : césarienne et détresse fœtale.. césarienne et détresse foetale… 

Une décision doit être prise me dit !, et juste au cas où… , nous devons commencer la péridurale maintenant ! J’accepte !

Accoucher par cesarienne - Plusieurs façon d'accoucher, mêmes droits. Parce que c'est notre accouchement.Je continue à entendre dans ma tête… détresse foetale …. césarienne…

À ce moment-là, je n’en suis pas conscient, mais je viens de recevoir la carte du “bébé mort”  comme j’ai connu plus tard, on appel ça dans le milieu associatif. Le motif qui peut sortir à toute moment comme une possible menaçante et qu’aucune mère ne refuse. 

Et elle est suivie de cette phrase douloureuse :

“Faites le neccessaire, docteur, mais faites en sorte que rien n’arrive à mon bébé”. Vous accepteriez, comme moi…

L’anesthésiste arrive, il me pique. Ils me donnent la pompe de dosage à la main. Quand je demande comment doser, personne ne me répond. Combien de doses..? me dit finalement la sage-fémme,  “ah ça dépend”.  Je leur dis que je ne veux pas arrêter de sentir complètement mes jambes ; “combien dois-je doser ?”

Ils me disent que cela dépend de ma douleur, mais la vérité est que je n’ai pas de douleur et douleur sévère encore moins. Bon ok, je mets deux doses… allez une troisième pour me rassurer… 

La sage-femme me demande si un étudiant peut rentrer. À ce moment-là, j’ai accepté aussi. Si j’avais su qu’il y aurait 7-8 personnes autour de moi à la fin, je n’aurais pas consenti aussi facilement.

La dilatation continue, mais cette fois nous ne sommes pas seuls. Nous sommes déjà 5. 4 qui ne sont à rien faire, juste autour de moi.. pendant que la sage-femme est entre mes jambes.

Je suis en train d’accoucher ? Personne ne me dit rien. 

Ils me demandent de pousser, mais je ne ressens absolument rien quand je le fais.

Mes poussées, disent-ils, ne sont pas efficaces parce que je ne pousse pas pendant les contractions. ¿Quelles contractions? Ah! dans ma tête je pense.. le contrôle peut m’aider…. 

Je dois regarder le contrôle ! , mais il est toujours au même endroit qu’avant. Pas d’aide… 

Je me souviens parfaitement de l’angoisse d’avoir été en position de pousser et devoir regardé en arrière pour savoir quand… pourquoi personne me dit rien. Je suis complètement déconnecté de mon corps.

Mon partenaire qui était à mon côté enregistrait notre parcour dans naissance. À ce moment-là, on lui demande d’arrêter d’enregistrer.

La sage-femme prend la place, et se tient à côté de moi et tout en me demandant de pousser, elle me fait une expression abdominale.

Plus tard, beaucoup plus tard, je découvrirai que c’est une manœuvre completement deconseillée. La fameuse manœuvre de Kristeller. Le résultat est un bleu énorme dans mon sol pelvienne, et très douloureux les semaines suivantes.

A ce moment precis, je ne sens rien car je suis sous péridurale. 

Dans mes 20 ans, et pendant plus de 10 ans, j’ai joué au rugby à un haut niveau. Je n’ai jamais eu un bleu comme celui que j’ai eu à cause de cette manœuvre. Oui, je sais ça surprend !!

Mais tout cela ne semble pas avoir été très efficace. 

 
 

D’un coup, le pédiatre qui entre, avec deux autres infirmières peut-être, mon conjoint, la sage-femme, l’étudiant… Et puis enfin…  le gynécologue.. il a pas vraiment l’air de l’urgence..

Je dois me concentrer sur les poussées et les contractions….. Il est sur mon latéral gauche derrière tout ce monde pendant qu’il commençait à me crier dessus.

Si la prochaine poussée ne sort pas, césarienne....” Lui, le gynécologue, Il est loin à plus de 3-4 mètres… 

Soudent..  j’ai la sensation de voir la pièce au-dessus de tout le monde… Je me regard… pousser dans cette position improbable, le gynécologue avec les bras levés me crie, la sage-femme juste… Je vois la sage-femme encore une fois avec ses mains entre mes jambes…

Quelque chose me connecte.. J’entend vaguement…

“Si la prochaine poussée ne sort pas, césarienne, tu m’entends….” encore une fois… 

Je pousse fort tout avec la tête tordue, en regardant le control derrière moi…

“Césarienne”, dit-il encore…. mais il ne le dit pas aux autres… c’est à moi qu’il parle de loin. 

Je pousse encore… la tête du bébé commence à couronner… tout se passe très rapidement… 

Mon fils est enfin né… il pleure… tout va bien. Il était 14h. 

Une fois de plus, on me dit que “je suis économe, que la péridurale a eu un grand effet sur moi”.

“Mon bébé.. Holaaaa… mi amor… ” Je vois son visage… ses grands yeux ouverts, ses petites mains ! Je l’ai fait, on l’a fait, on l’a fait, bébé. 

Ils le laissent sur ma poitrine en à peine quelques minutes. Je me sent mal à l’aise parce qu’ils m’ont allongé davantage. 

“On te l’enlève quelques minutes, on reviens tout de suite… ” et sans dire plus, ils prennent mon bébé. 

Ah ce moment j’ai une émotion terrible et très puissant.. Je ne sais pas, mais mon instinct de femme sauvage biologique me parle. C’est la panique qui parle… je nous sent en danger de mort. 

Semaine International accouchement respecté - Récit de naissance mon premier bébé

Comment réagirait une louve, une lionne ou même votre chienne de compagnie si un intrus voulait lui enlever son petit juste après la naissance….? Et si elle ne peut rien y faire ?… C’est comme ça que ton cerveau devrait se sentir ?

C’était mon émotion et je sentais que je ne pouvais rien y faire. 

Je demande à mon compagnon de suivre le bébé et cette fois-ci, de tout filmer. 

Ils l’emmènent pour le peser, le mesurer, le faire la succion de voies respiratoires….. Je regarde son père partir avec un œil paniqué….. .

Mon partenaire filme, juste comme ça. 

Mon fils pleure, on le pèse, on le mesure, on l’aspire… et moi, je l’écoute pleurer, impuissante de l’autre côté de la pièce.

Quelque temps plus tard, j’ai essayé de regarder cette vidéoil m’a fallu des années pour la regarder en entier, encore aujourd’hui ça me fait mal au coeur de la regarder

J’avais le sentiment d’infliger une souffrance inutile à mon fils. Ses pleurs m’ont brisé le cœur. Je ne comprenais pas cet accueil si envahissant et si peu aimant dans le monde.

J’avais une petite déchirure, ils m’ont fait trois points de suture. J’étais bien, ou du moins je le pensais physiquement…

Certaines personnes pensent qu’au moment de l’accouchement, nous, les femmes, sommes dans un moment de conscience hors du commun… et c’est vrai. Mais ils s’en servent pour nous faire croire que vivre ce moment avec une conscience altérée modifie également notre perception et notre mémoire.

Semaine Mondiale Accouchement Respectée 2022 Parentalité Continuum #SMAR2022

C’est le contraire qui est vrai.

Le processus biologique de la naissance est programmé pour être gravé à feu dans notre mémoire…
et pour le bébé aussi !

La nature a besoin qu’on se connecte avec amour et ocytocine naturel sans estress à ce bébé et qu’on doit protege pendant que on l’élevez car le mantenir en vie proche de soit est la façon la plus sur de survivre. 

Pour la nature, il faut qu’on n’oublie  pas cette amour chimique sous aucun prétexte, et que ça continue egalement par la suite.

Si l’on intervient dans ce processus, les mécanismes biologiques de la naissance et du contact sont également modifiés. Les mécanismes sont donc extrêmement puissants... mais ils peuvent être perturbés, sérieusement.

Si nous ajoutons les traumatismes liés aux expériences de mort imminente et à la violence psychologique, la manipulation, les protocoles, etc. …., nous provoquons inutilement des situations dans lesquelles les femmes et les bébés subissent des violences.

“Les dangers de la minimisation de la violence obstétricale Violence contre les femmes. (Chadwick R. The Dangers of Minimizing Obstetric Violence Violence Against Women. 2021;10778012211037379)

Pour moi, cette naissance à changé completement ma vie. Je suis née en tant que mère mais malgre tout mes bonnes intentions, j’été deconnecté de mon bébé… Cette naissance ma permit aussi vivre mes deux autres accouchements completements à l’opposée.

Merci de m’avoir lu.

Est-ce que tu pense avoir suivi des violence obstetrique ? Est-ce que tu as eu un accouchement respecté?

Savez-vous qu’ecrire ou en parler de nos accouchement, nous aide aussi à guerir.
Trouvé vous quelqu’un de confiance: une amie, ton copain, une feuille de papier, un ordinateur…
Nos Récits de Naissance sont importantes.

Si ça te tente, et je suis ta personne: J’aimerait te lire… ou t’ecouter !

Ecrit-moi ou suscrit-toi au blog

#recitsdenaissance #parentalitécontinuum #SMAR2022

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine International Accouchement Respecté – Meilleurs naissances pour un meilleur avenir

Plusieurs façons d’accoucher, mêmes droits.

Sur instagram et tiktok je vous ai demandé, qu’est-ce qu’une bonne naissance pour vous ?

Et vous m’avez répondu :

Pour moi, une bonne naissance, c’est celle où l’on peut être près de son bébé lui apporter tout ce dont il a besoin. Se sentir bien avec son bebé est très importante et être ecoutée par les professionnel de santé. Kikatchu

Se sentir écouté. Se sentir valorisé.

  • A nous demander et à nous expliquer.
Semaine Mondiale Accouchement Respecté
  • Comprendre à tout moment ce qui se passe.
Avoir une bonne naissance c’est avec un accouchement dans le respect de la mère et du bébé, qu’il soit naturel o assisté selon ce que la mère peut endurer, et surtout avec un personnel à l’écoute et bienveillant dans ses propos et actes envers la mère et le bebé (pas de violence obstetrique). L_meow

Que nous et les bébés soyons
les protagonistes.

Accoucher par césarienne - Plusieurs façon d'accoucher, mêmes droits. Parce que c'est notre accouchement.

Que nous sachions quel personnel médical nous soigne.

  • Qu’ils nous laissent notre espace et notre intimité.
  • Qu’ils nous laissent de l’espace et ne nous jugent pas.
  • Qu’ils nous font nous sentir en sécurité et protégés.

Tout cela fait partie d’un accouchement respectueux.

Peu importe qu’il s’agisse d’un accouchement par voie vaginale ou par césarienne, que nous soyons à la maison ou à l’hôpital…..

Parce que notre accouchement est le nôtre, c’est notre corps et c’est NOTRE MOMENT EN TANT QUE MÈRES.

La façon dont on naît a de l’importance.

Comment se sont passés vos accouchements ?
Ont-ils vraiment été humanisés et respectés ?
Souhaitez-vous que je vous parle de mes accouchements ?

J’aimerais vous lire…

Je vous invite à partager, participer et à nos poser vos questions .

Dans la Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respecté 2022 #BienNaitre #meilleurnaissancepourunmeilleuravenir #SMAR2022 #SMPR2022 (en espagnol)

Inscrit-toi aux Conference – Inteviews avec Parentalité Continuum

Accoucchement avec Galacté - Semaine Mondiale Accouchement Respecté #SMAR2022 - 20 mai - 10h

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter

Semaine Mondiale Accouchement Respecté – C’est Quoi Un Accouchement Respecté ?

Cette initiative est née en 2004 grâce à l’Association française pour l’accouchement respectueux (AFAR) et depuis lors, elle a été reproduite dans différents pays avec pour principal objectif de rendre visible la façon dont les naissances sont assistées dans le monde entier et d’exiger le respect des droits liés à la naissance.

Pour la première fois au monde, le 19 mars 2007, la loi organique sur le droit des femmes à une vie sans violence a été publiée au Journal officiel du Venezuela et reconnaît la Violence obstétricale.

Depuis, des pays comme l’Argentine, le Mexique, l’Espagne, et aussi le Chili et le Brésil ont commencé à avoir des changements profonds dans leur lois.

En Espagne à donné lieu entre autres à l’observatoire de Violence Obstetrique et Gynecologique  et à la Stratégie pour les soins d’accouchement normal dans le système de santé national.

Autour du monde cette initiative donne lieu à un cadre nouveau pour les systèmes sanitaires et l’attention des mères, des nouveau-nés et de leurs familles pendant le travail, la naissance et le post-partum, où sont détaillés les différents droits qui doivent être garantis aux femmes, aux nouveau-nés et à leurs familles.

Semaine Mondiale Accouchement Respectée 2022 Parentalité Continuum #SMAR2022

En France, la Proposition de résolution nº 3305 invitant le Gouvernement à faire de la lutte contre les violences obstétricales et gynécologiques une priorité et à mettre en œuvre les recommandations du Haut Conseil à l’Egalité en la matière reste encore en attente. 

Les professionnels de la santé qui accompagnent les personnes dans leurs démarches gynécologiques et obstétriques doivent respecter la loi française dite “Kouchner” de 2002, qui défend les droits des patients. 

“Si le droit français ne s’est pas encore directement saisi de la question des violences obstétricales et gynécologiques, on constate qu’il comporte tout de même quelques outils permettant aux victimes d’obtenir une réparation en justice.

Toutefois, ces violences demeurent encore, à ce jour, largement impunies, il serait utile d’adapter celles des procédures qui sont inadéquates au traitement des violences obstétricales et gynécologiques et, plus largement, de réfléchir à la meilleure manière de les appréhender juridiquement.”

Estelle Levy – Avocate au Barreau de Paris – Membre de la Force Juridique de la Fondation des Femmes

L’ONU reconnaît la violence obstétricale

En 2019, l’Assemblée générale de l’ONU, declare que la violence contre les femmes pendant la grossesse et l’accouchement est tellement normalisée que la violence pendant l’accouchement est répandue et ancrée dans les systèmes de santé du monde entier. Et elle touche les femmes de tous les niveaux socio-économiques.

Bonne naissance droit

Quand l’accouchement est-il respecté ?

L’expression “accouchement respecté” ou “accouchement humanisé” fait référence au respect des droits des mères, des enfants et de leurs familles au moment de la naissance.  Elle promeut le respect des particularités de chaque famille – ethnie, religion, nationalité – en les accompagnant dans la prise de décisions sûres et éclairées.

L’accouchement respectueux implique de générer un espace familial où la mère et le nouveau-né sont les protagonistes et où la naissance se déroule de la manière la plus naturelle possible.

Lorsque nous parlons d’accouchement respecté, cela signifie que la femme suit son propre rythme de naissance, en évitant toutes les interventions inutiles, ainsi qu’en décidant comment gérer la douleur pendant l’accouchement.

Une loi sur l’ accouchement respecté

La femme, en tant qu’usager du système de santé, a le droit, fondamentalement, de recevoir des informations (existence de complications, avantages et inconvénients des traitements possibles), de décider librement de la forme et de la position au moment de l’accouchement et d’être traitée avec respect et en tenant compte de ses modèles culturels.

En outre, les souhaits et les besoins de chaque femme doivent être pris en compte, comme le fait d’être accompagnée ou non par une personne de confiance à tout moment et/ou le type d’alimentation pendant le processus d’accouchement.  Elle doit être informée des différentes interventions médicales qui peuvent avoir lieu pendant l’accouchement et le post-partum et doit participer activement aux différentes décisions et actions des professionnels.

  • La mère a le droit de ne pas être soumise à un examen ou à une intervention à des fins de recherche.
  • Elle a également le droit d’avoir son fils ou sa fille à ses côtés pendant son séjour dans l’établissement de santé, pour autant que le nouveau-né ne nécessite pas de soins particuliers, incompatibles avec le peau à peau.
  • Elle devrait être informée, dès la grossesse, des avantages de l’allaitement et recevoir un soutien pour l’allaitement.
  • Elle doit également recevoir des conseils et des informations sur la manière de prendre soin d’elle-même et de son enfant, ainsi que sur la contraception pendant la période post-partum.
 
 
 
 
 
Ver esta publicación en Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Una publicación compartida de Mercé-ConsultantePetitEnfance (@parentalitecontinuum)

 

Les nouveau-nés ont des droits :

  • d’être en contact avec leur mère dès le premier instant et
  • d’être allaités sans interférence.
  • Ils doivent également être traités de manière respectueuse et digne,
  • être clairement identifiés et
  • ne pas être soumis à un examen ou une intervention à des fins de recherche ou d’enseignement.

S’informer des routines de soins à l’accouchement qui peuvent être néfastes pour nos enfants et exiger qu’elles soient évitées est un acte de responsabilité. Vous pouvez rencontrer des résistances de la part des services de néonatologie des hôpitaux, ou de certains professionnels, de votre propre famille et de la société. Cela ne changera rien au fait que la meilleure chose à faire est de demander à ne pas être séparé.

C’est un changement de paradigme qui doit avoir lieu.

La seule façon d’avancer est que tous les professionnels de la santé dans les services périnataux connaissent et défendent les droits édictés par cette loi et soient des vecteurs pour les garantir.

Il est aussi essentiel de donner aux femmes les moyens d’exiger le respect de leurs droits.

C’est pourquoi je vous invite à participer sur Facebook avec moi, Mercedes Granda de Parentalité Continuum, du 16 ou 22 mai, on rentreras dans le coulis la naissance.

Je vous invite à partager, participer et à me poser vos questions .

Vous pouvez en savoir plus ou voir d’autres événements près de chez vous en France ici : @SMAR.France

En Europe @EncaEurope

AUSSI : #SMAR2022 #SMAR2022Events #SemaineMondialeAccouchementRespecté2022 #BienNaitre #meilleurnaissancepourunmeilleuravenir #SMAR2022 #SMPR2o22 (en espagnol)

Inscrit-toi aux Conference – Inteviews avec Parentalité Continuum

Calendrier Semaine Mondiale Accoucchement Respecté de Parentalité Continuum 2022

 

FIRMAPARA-BLOGMERCEDESGRANDA

Si vous avez aimé cet article
Si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un d’autre

Partager via les réseaux sociaux et WhatsApp

Mon blog est alimenté par vos commentaires

S'abonner à la Newsletter